n° 4 Juillet 2019

En bref

C.Benoit-Monneau Portrait de Céline Benoit-Monneau, responsable des interventions sociales en territoires

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous et votre parcours avant votre arrivée à la Caf du Morbihan ?

Après une formation universitaire dans le domaine des sciences politiques, j’ai évolué pendant 12 ans en milieu associatif. D’abord en tant que chargée de mission puis directrice d’une association d’éducation populaire et de développement local dans l’Aveyron, ensuite comme directrice du Cidff (Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles) du Morbihan, association que j’ai créée et dirigée durant 8 années.

Quelle est votre vision de l’intervention sociale en territoire ?

Je connais avant tout l’intervention sociale en territoire d’un point de vue extérieur, ayant été partenaire de la Caf du Morbihan lorsque je dirigeais le Cidff : je percevais l’action de la Caf comme un levier pour l’accès et/ou le maintien de l’autonomie des femmes et des familles, un partenaire majeur avec lequel il était possible de co-construire des actions innovantes pour les publics.

De l’intérieur, je constate désormais que ma perception ne change pas : les travailleurs sociaux et techniciens de mon service déploient un accompagnement de proximité essentiel pour prévenir les difficultés socio-économiques des familles.

Selon moi, cela se traduit en 3 axes :

  • Expertise : s’appuyer sur les connaissances et compétences des agents pour répondre de manière la plus adaptée possible aux besoins identifiés, et concourir ainsi à la transformation sociale des familles et des territoires. Ces savoirs doivent être étoffés en permanence grâce à l’action en partenariat avec les autres organismes, institutionnels et associatifs, mais aussi grâce à la formation professionnelle. De manière générale grâce à l’ouverture sur les environnements, les expérimentations diverses et variées… et en expérimentant nous-mêmes !
  • Prévention : les informations et les accompagnements que nous proposons visent à agir auprès des familles dans certains moments de vie  (séparations, deuils, premières grossesses, difficultés financières, problématiques d’insertion professionnelle…). L’idée est de prévenir les ruptures sociales et le basculement éventuel dans la pauvreté. Nous le faisons en développant la capacité à agir des personnes, ce qui concourt à une inscription dans la durée de l’autonomisation.
  • Proximité :  Pour que l’action ait plus d’impact, il me semble essentiel d’entretenir la proximité avec les familles. Proximité géographique sur nos différents sites, en proposant une offre numérique simple et accessible mais aussi par des visites à domicile. Proximité humaine également favorisant une posture d’écoute active et bienveillante. Nous devons être une ressource rassurante et sécurisante.

 

Quels sont vos projets pour l’intervention sociale en territoire ?

Dans un contexte où la réglementation et la société bougent vite, mon souhait est de prendre le temps de repositionner l’essence même du travail social au sein de la Caf et ainsi de mieux articuler l’accès aux droits et l’accompagnement à l’autonomie.

Par conséquent, en articulation avec la Cog 2018-2022, nous poserons un diagnostic du fonctionnement et des offres du département des interventions sociales en territoire pour élaborer un projet de service qui puisse renforcer les 3 axes énoncés ci-dessus, tout en répondant aux enjeux à venir :

  • l’accompagnement à l’inclusion sociale des familles par le numérique,
  • le renforcement de l’accès aux droits des familles,
  • le développement d'actions individuelles et collectives selon les besoins des territoires dans le cadre partenarial des Ctg.       

 

icone inscription orange Cet article vous a plu et vous n'êtes pas encore abonné à En Lien, la lettre aux partenaires de la Caf du Morbihan ? Cliquez ici.